Bien préparer son premier entretien avec son avocat

Bien préparer son premier entretien avec son avocat

Vous avez besoin de conseils juridiques, et après avoir choisi votre avocat, vous vous apprêtez à le rencontrer lors d'un premier entretien. Ce premier rendez-vous est important car il posera les bases de votre relation et de la précision de votre accompagnement juridique.

1. Préparez votre histoire

Vous allez rencontrer votre avocat pour une question, un événement, une demande bien précise. Si vous savez parfaitement de quoi il s'agit, votre interlocuteur, lui, ne le sait pas. Il est toujours préférable de mettre de l'ordre dans ses idées avant d'exposer les faits. Par où commencer vos explications ? Qu'est-ce qui est important pour moi ? Quelles personnes sont concernées ? Plus votre histoire sera claire dans son enchaînement, et plus votre avocat sera à même de la comprendre et bien cerner les éléments clés. N'ayez pas peur de donner trop de détails, c'est au contraire préférable. Ce sont souvent les petits détails qui font la différence. Même lorsque vous allez rencontrer un avocat pour de simples renseignements, avoir un exposé clair du contexte est essentiel. Imaginons que vous voulez créer votre société. Si vous cous contentez de dire cela, l'avocat ne pourra que vous donnez des indications générales, et il vous posera sûrement beaucoup de questions. Si dès le départ, vous lui donnez davantage de contexte, son accompagnement en sera facilité. Ainsi, n'hésitez pas à lui dire que vous voulez créer une société au Luxembourg, avec un associé, dans le but de commercialiser un nouveau produit basé sur une nouvelle invention que vous avez faite. Même si la demande reste identique : vous souhaitez créer votre société, il est beaucoup plus facile pour le professionnel que vous allez rencontrer de vous apporter une réponse qui convient le mieux avec tous les éléments.

2. Préparez vos documents

Si vous avez des documents en lien avec votre demande, préparez-les et présentez-les à votre avocat dès le premier entretien. Si vous n'en avez pas, dites-lui aussi. Votre voisin a abîmé votre jardin ? Prenez des photos. Votre ancien petit ami vous a fait des menaces ou vous harcèle ? Imprimez les emails ou les messages et montrez-les à votre avocat. Idem si vous avez eu un contrat avec l'autre partie, dans des problèmes de location d'habitation par exemple. Les documents que vous avez vont aider l'avocat à mieux voir vos possibilités d'action, et ainsi mieux orienter les stratégies possibles. Une certaine tournure de phrase peut parfois faire la différence en droit, même si le message délivré semble être sensiblement le même.

3. Définissez vos objectifs ou vos attentes

Vous allez rencontrer un avocat pour une raison précise, et c'est cette raison qu'il faut penser à préparer. Il peut paraître évident et facile de déterminer pourquoi on va voir un avocat. Par exemple, ça peut être pour contester un licenciement qu'on juge abusif. Mais ce qu’il peut être intéressant de faire ici est de définir les objectifs qui entourent cette demande. Voulez-vous contester le licenciement pour gagner une grosse somme d'argent en dédommagement ou voulez-vous contester pour votre honneur, pour prouver que vous êtes un bon employé et que le licenciement est abusif, sans chercher à même être dédommagé ? De la même manière, est-ce que votre objectif est d'être réintégré dans votre ancienne société ? Tous ces points sont des choses auxquelles il est préférable de bien réfléchir, car ils vont influencer la stratégie que l'avocat adoptera pour votre dossier. N'hésitez pas à réfléchir également à l'approche que vous souhaitez adopter, comme être agressif ou plutôt défensif ? Si vous êtes prêts à faire des concessions ou non, et si oui, lesquelles, ou plus simplement si vous êtes même prêt à aller au tribunal. Dans la plupart des cas, votre avocat explorera ces points avec vous, mais il est toujours mieux d'y avoir songé avant.

4. Préparez vos questions

En plus de ce que vous allez expliquer et présenter à l'avocat, il est toujours préférable de réfléchir et de préparer les questions que l'on peut avoir. Qu'est-ce que je risque ? Quelles sont mes options ? Combien de temps va durer mon affaire ? Ce sont autant de questions qu'il vaut mieux poser dès le départ. Il n'y a pas de questions idiotes. A l'issue de l'entretien, vous allez choisir de poursuivre votre dossier ou non, et vous allez confirmer que vous allez travailler avec l'avocat rencontré. Il est donc important de bien comprendre et de mettre au clair tous les éléments qui vont guider votre choix. En particulier, pensez à demander la méthode de facturation et le tarif qui vous seront appliqués. Si c'est un tarif horaire, n'hésitez pas à demander à votre avocat combien de temps au total il ou elle pense que votre dossier lui demandera, sur base de son expérience passée. Même une fourchette vous suffira pour prendre votre décision. Certaines personnes croient pouvoir estimer elles-mêmes le temps que l'avocat va passer à travailler sur un dossier. Bien souvent cette estimation est fausse car comme dans tous métiers, à moins de le pratiquer ou l'avoir pratiqué soi-même, il est très difficile de se représenter toutes les tâches à accomplir, et encore plus d'estimer le temps qu'elles prennent. Si l'avocat de votre voisin lui a facturé 2.000 euros pour son divorce, cela ne signifie pas que ce sera le même montant pour vous. Vous ne pouvez pas être sûr qu'il y a bien payé ce montant (peut-être qu'il l'arrondit largement) et il a pu faire des choix stratégiques pour sa procédure qui ne seront pas les vôtres (comme par exemple se contenter de signer les papiers du divorce sans aucune contestation). L'inverse esr aussi vrai : beaucoup de personnes surestiment le coût réel de leur dossier. Même pour des petits litiges, un avocat peut être « rentable » dans le sens où il peut vous facturer moins que ce que le litige vous rapportera une fois gagné. Votre voisin vous doit 500€ ? Une lettre d'un avocat peut suffire à le forcer à vous rembourser et ne vous être facturée qu'une centaine d'euros. Pensez donc toujours à préciser du mieux que possible le montant global que votre dossier peut vous coûter. Et de manière plus générale, posez toutes vos questions de manière à sortir de votre premier rendez-vous en ayant une bonne vision des prochaines étapes, de vos possibilités et de vos engagements.

5. Définissez vos limites

Vous allez expliquer votre cas à votre avocat, lui présenter le cas échéant les documents pertinents et lui poser toutes les questions que vous aurez en tête. Il y a cependant un dernier élément que vous devez préparer : vos limites. Par « limites », on entend tout ce que vous ne voulez pas faire, tous les points que vous ne voulez pas franchir. Vous ne voulez surtout pas aller au tribunal ? Dites-le. Vous ne voulez pas être trop agressif ? Parlez-en avec votre avocat. Chaque situation est différente et nous avons tous nos propres sensibilités. Votre avocat est là pour vous accompagner et vous défendre, donc souvenez-vous de bien spécifier jusqu'où vous êtes prêt à vous battre. Vos limites peuvent aussi s'entendre en termes de budget (je ne veux pas dépenser plus de 5.000 euros pour cette affaire) ou bien en termes de délai (je veux que ce soit réglé pour Noël). Il est important que ces points soient clairs pour votre avocat, car ils influenceront la stratégie qu'il vous proposera. Il est aussi important d'en discuter avec votre avocat car certaines limites peuvent parfois être difficiles à tenir. Certaines peuvent aussi aller à l'encontre de vos objectifs ou attentes. Il est donc toujours mieux de les explorer avec le professionnel que vous rencontrerez.

Encore une fois, il faut rappeler que votre avocat discutera de ces points avec vous et vous guidera avec de nombreuses questions. Pas d'inquiétude donc si vous vous sentez perdus face aux différentes pistes de réflexion, ou si vous n'avez pas eu le temps de préparer votre premier rendez-vous. Certains points peuvent également être définis ou discutés au fur et à mesure que le traitement de votre affaire avance, et d'autres peuvent être amenés à changer radicalement entre le début de votre dossier et les étapes suivantes. Il y a donc une certaine flexibilité à envisager parfois. Néanmoins, préparer son premier rendez-vous avec son avocat reste toujours essentiel car c'est ce qui posera les bases de votre relation avec lui et la stratégie initiale que vous adopterez dans votre dossier.